12.02.2012

Pension : armons-nous encore de patience !

art1
Dans notre précédent communiqué, nous vous informions de la situation à la date du mardi 31 janvier.

Nous le répétons une nouvelle fois : le Comité A (au niveau du Premier ministre) est le seul niveau de discussion au sujet des pensions. Mais heureusement, nous disposons d’un technicien y siégeant, ce qui nous a permis de tirer la sonnette d’alarme fort tôt (mi-décembre), bien avant nos partenaires (c’est d’ailleurs nous qui les avons informés) et notre agitation a valu une dispense (durée et âges) pour la police intégrée.

Cependant, entre l’exposé des motifs de la loi et le texte de cette loi, il y a des contradictions et un certain manque de clarté. Ainsi, le critère retenu pour la dispense (âge préférentiel) nous pose sérieux problème puisque les membres du cadre officier natifs de l’ex-police communale et de l’ex-police judiciaire seraient exclus, si on lit strictement le texte. Tous les autres membres du corps opérationnel, et les anciens militaires parmi les Calog sont préservés.

Aussi, nous avons réussi à convaincre nos partenaires de nous rejoindre sur une proposition de solution remise le mardi 31 janvier à la ministre de l’Intérieur. Ce texte est en annexe mais n’existe qu’en français ( voir pdf ).

La ministre a préféré développer sa propre alternative. Et il apparaît clairement qu’elle la défend bec et ongle devant ses partenaires du gouvernement. Pour ceux qui ont vu le JT RTBf de vendredi 10, la contradiction entre elle et le ministre des Pensions est apparue évidente.

Cependant, depuis lundi 6, les choses prennent une mauvaise tournure lorsqu’il est apparu que les économies réalisées par cette réforme des pensions n’étaient pas celles qu’on croyait.

Et depuis mercredi 8, on constate que les négociations inter-cabinets pour les arbitrages qui seront finalement portés par le gouvernement en Comité A tournent à une guerre des tranchées … avec des pompiers qui jouent aux troublions. A ce sujet, il n’entre pas dans mes intentions de juger le bien-fondé de leur action. Mais le moment et la manière de cette action m’apparaissent vraiment très dommageables des intérêts de l’ensemble des personnels de la Fonction Publique, et ceux des policiers en particulier. Nous avons une autre conception de la solidarité et pour notre part, notre action n’a aucune conséquence négative à l’égard des intérêts d’autres catégories.

Quoiqu’il en soit, nous aurions dû avoir une réunion du Comité A jeudi 9 après-midi, elle a été reporté à deux occasions puis annulée vendredi 10 vers midi … Elle aura probablement lieu mardi 14 après-midi, peut-être …

Il faudra donc attendre jusqu’à cette réunion pour pouvoir vous rassurer pleinement, ou envisager une nouvelle stratégie (le comité national débattra du sujet jeudi 16).

Vincent Gilles

We maken gebruik van cookies voor het bijhouden van statistieken en taalvoorkeur. Wij houden geen persoonlijke gegevens bij || Nous utilisons des cookies pour la tenue de statistiques et de préférence linguistique. Nous ne gardons aucune donnée personnelle