12.03.2021

Les négociations sectorielles, réunion 3 : ENOOOOORME déception !

Les négociations sectorielles, réunion 3 : ENOOOOORME déception !

Alors que le 27/02, la pression était telle que le Président du CNSP, dûment mandaté par la ministre après une longue pause, avait pris l’engagement de venir aujourd’hui avec une proposition, cette réunion-ci fut encore pire que la précédente :

  • C’était une autre personne qui assurait la présidence du CNSP ;
  • Cette personne n’avait aucune proposition en main ;
  • Cette personne osait demander – au nom de la ministre – un nouveau délai de trois semaines avec l’offre (nous n’osons plus parler d’engagement) de la remise d’une proposition fin de semaine prochaine.

C’est la quatrième fois que nous aurions dû consentir une suspension des négociations sectorielles ! Malgré ça, d’autres partenaires syndicaux ont marqué leur accord.

Quelle sera cette proposition ? Sera-t-elle respectueuse de votre attente d’une juste correction de vos échelles barémiques afin de rendre le métier attractif … ou sera-ce une gifle dans notre visage à tou(te)s.

Pour notre part,

  • Nous constatons que la raison évoquée pour ce nouveau délai est fallacieuse (attendre la désignation d’un nouveau directeur du SAT Intérieur qui serait alors un négociateur en bonne et due forme … mais avec quel mandat ? Ce qui a valu pour ses prédécesseurs vaudra pour lui aussi, avis aux candidats) ;
  • Nous constatons que le ministre de la Justice, partie prenante d’un potentiel accord et donc acteur important de cette négociation, n’était informé de rien des « problèmes » rencontrés par la ministre Verlinden ;
  • Nous constatons qu’en fait, la ministre est forte en effet d’annonce, mais très faible sur leur concrétisation ;
  • Enfin, nous constatons qu’elle n’hésite pas – par la bouche du Président de cette réunion-ci – à flinguer les personnes qui ont assuré le rôle jusqu’ici, prétendant qu’ils n’étaient mandatés en rien de ce à quoi ils s’étaient engagés en son nom. En gros, il semble que pour Mme Verlinden, ce soit « C’est pas moi, c’est l’autre ». Belle mentalité.

Bref, vous l’aurez compris, nous avons encore vécu une réunion de quatre heures qui tournait en rond, et durant laquelle nous avons constaté des prises de position d’une bassesse honteuse. Si c’est ça la politique menée par Mme Verlinden, très peu pour nous …

A suivre …

We maken gebruik van cookies voor het bijhouden van statistieken en taalvoorkeur. Wij houden geen persoonlijke gegevens bij || Nous utilisons des cookies pour la tenue de statistiques et de préférence linguistique. Nous ne gardons aucune donnée personnelle