17.02.2013

Le SLFP-Police fait bon accueil à la proposition de Mme la ministre de l’Intérieur ! Augmenter les capacités à la conduite automobile des policiers est un élément essentiel de la formation de base

post_img_3

Zaventem, 17 février 2013

Le SLFP-Police fait bon accueil à la proposition de Mme la ministre de l’Intérieur ! Augmenter les capacités à la conduite automobile des policiers est un élément essentiel de la formation de base.. 

Nous avons pris connaissance de la proposition de Madame Milquet, ministre de l’Intérieur, visant à permettre une formation complémentaire à la conduite de véhicule pour les policiers.

Pour la plupart sans aucune connaissance particulière en matière de conduite de véhicule que celles acquises pour passer leur permis telles que prévues dans le cadre légal, les nouveaux agents et inspecteurs se retrouvent pourtant dès la fin de leur formation sur la route avec un véhicule prioritaire. Si le permis B suffit théoriquement, ce n’est pas vraiment responsable.

Nous plaidons depuis des années – Voyez notre Mémorandum et notre cahier revendicatif – pour qu’une formation à la conduite défensive des véhicules à moteur soit intégrée à la formation de base des policiers. Il ressort de diverses analyses de risques qu’il s’agit bien là d’une nécessité que de former les conducteurs de véhicules prioritaires à la conduite défensive.

En 2009, une étude exploratoire du Comité P a été menée sur un certain nombre d’accidents impliquant des véhicules de fonction dans la période entre 2005-2007. Cette étude faisait suite à des indications des proportions inquiétantes que ce phénomène aurait prises. Les données obtenues de la part des 184 zones de police locale ont témoigné pour cette période d’une augmentation annuelle de 7,5 % (de 2 391 à 2 762).

En ce qui concerne la police fédérale, une diminution annuelle constante a été constatée durant la même période (sur la base des chiffres de la DSW), passant de 5,5 à 7 % (de 296 à 260). La grande majorité de ces accidents surviennent dans la fonctionnalité intervention. 3 à 4 % de ces accidents provoquent des blessés parmi les collaborateurs ou des tiers. Dans un tiers des cas, ces accidents ont lieu dans le cadre d’un déplacement avec sirène et/ou gyrophare.

Il apparaît aussi que la politique de prévention est à géométrie très variable entre les différentes zones de police. Certaines zones n’ont aucune politique de prévention à cet égard.

Au niveau de la police fédérale, des cours « conduite véhicule rapide » sont dispensés essentiellement aux unités spéciales et aux membres de la police de la route. En ce qui concerne la police locale, quelques corps ont pris des initiatives dans la formation à la conduite défensive des membres de leur personnel, ou dans l’organisation de cours « anti-slip ». Mais les corps de police locale qui n’ont rien investi dans cette matière sont encore bien trop nombreux.

Depuis 2006, les Pays-bas ont lancé un plan « profcheck-rijveiligheid ». Il s’agit d’une partie du plan de prévention en matière de circulation routière pour le Conseil des Commissaires divisionnaires.

Pour la police Néerlandaise, Il s’agit de fournir sa contribution à la sécurité routière en diminuant le nombre d’accidents dans lesquels les policiers sont impliqués avec ou sans véhicule de service. Et l’approche englobe autant le véhicule que le moteur.

Il apparaît dans une enquête du Laboratoire de recherche du Transport Routier Anglais – dans le cadre de l’étude d’un groupe cible qui a suivi ce genre de formation à la conduite défensive – une baisse de 25 % des accidents. Aux Etats-Unis, dans des conditions identiques d’étude, on a atteint 32 %. En plus, ce style de conduite amélioré permet une diminution de la consommation de carburant de 10 %.

Nous estimons donc qu’il faut qu’un module complémentaire visant à une formation à la conduite défensive soit intégré dans le cursus de formation de base. Ce module serait une partie essentielle de la formation de base. Cela pourrait éventuellement faire partie du module « Gestion de la violence » sous la dénomination de « Interventions tactiques ».

Cette formation doit mettre en exergue l’inutilité de la prise de risque, mais aussi la manière de se déplacer la plus sécurisée sans qu’il s’agisse d’être plus lent.

 

Vincent Gilles                              Vincent Houssin
Président National                       Vice-président National

We maken gebruik van cookies voor het bijhouden van statistieken en taalvoorkeur. Wij houden geen persoonlijke gegevens bij || Nous utilisons des cookies pour la tenue de statistiques et de préférence linguistique. Nous ne gardons aucune donnée personnelle